Parc national des Cévennes
-A +A
Share

Les filières porteuses d'identité

Saveurs du Castanet © Régis Domergue
Saveurs du Castanet © Régis Domergue
L'agriculture est une activité essentielle au dynamisme économique du territoire du Parc national. Elle contribue à la sauvegarde d’une biodiversité cultivée et élevée locale qui met en valeur les spécificités cévenoles. De ces produits locaux naissent des filières porteuses pour l’ensemble du territoire.

 

La filière laine

 

Bien que longtemps considérée comme la principale richesse du mouton, la laine apparaît aujourd'hui comme un déchet encombrant et coûteux aux yeux des éleveurs. La vente de laine brute ne permet pas de payer les tondeurs. Les éleveurs peinent donc à vivre de leur métier, les prix d'achat des produits agricoles ne permettant pas de couvrir les coûts de production.

Depuis 2014, le Parc national des Cévennes a clairement inscrit la valorisation de la laine dans ses actions. Le chargé de mission pastoralisme apporte ses compétences en la matière sur le territoire et un stage a permis de poser un état des lieux ainsi que de définir les besoins d’accompagnement dans les projets locaux.

 

Chantier de tonte © Mathilde Binot
Formation au tri de la laine © Mathilde Schlaeflin
Animation tri © Laurent Bélier

 

Les missions du Parc sur la filière laine sont les suivantes :

 

Accompagner les projets de valorisation de la laine

À l’instar de la démarche Raïolaine, qui valorise la laine de la race Raïole. Cet accompagnement se traduit par l'organisation de chantiers de tonte et de tri collectif. La mise en contact avec les transformateurs et l’accompagnement dans le projet des produits de transformation (chaussettes, plaids, semelles, fils à tricoter, etc.)

Selon les produits, les éleveurs valorisent la laine en suint entre 15 et 20 € le kilo, ce qui équivaut à 30 fois sa valeur au négoce et les éleveurs maîtrisent toutes les étapes, de la récolte à la vente des produits finis ! Au delà de l'aspect économique, la dimension humaine du projet est importante. La laine apporte une bouffée d'oxygène au milieu des soucis quotidiens liés aux loups, aux abattoirs ou aux aides européennes.

De même, le Parc a accompagné les éleveurs du Causse Méjean dans la mise en valeur de leurs laines (chantiers de tri, pistes de valorisation, etc.), projet qui a abouti à la réalisation d’articles de jeans en laine par les ateliers Tuffery à Florac.

 

Retrouvez une sélection d’article Raïolaine dans notre boutique à la maison du Tourisme et du Parc de Florac ou sur notre boutique en ligne

 

Sensibiliser et former les éleveurs

  • Animation de réunions d’information sur la valorisation de la laine à destination des éleveurs
  • Organisation de chantiers de tonte et de tri pédagogiques chez des éleveurs volontaires
  • Organisation de formations avec des professionnels (ex : tri et classement des laines avec un matelassier, alimentation et qualité de la laine avec un vétérinaire)

 

Partager auprès du grand public

Le Parc national organise la Journée de la laine à Génolhac qui, chaque année, a lieu le dernier samedi du mois d’août. Des éleveurs et les artisans lainiers de la région ont ainsi l'occasion de se rassembler pour nous faire (re)découvrir la laine sous toutes ses formes.

Il organise également des animations grand public pour sensibiliser petits et grands à cette belle matière.

 

La châtaigneraie

 

Présente sur 35 000 ha dans les vallées cévenoles, la châtaigneraie fait partie intégrante du territoire.

Sa fonction principale est la production de fruits, mais elle a aussi un intérêt pour l’élevage (nourrir les animaux), l’apiculture (miel de châtaignier), les paysages, le tourisme et le développement territorial.

Elle est toutefois aujourd’hui menacée par le dépérissement, en partie dû au manque d’entretien et au réchauffement climatique.

 

Bogue de châtaigne © Pierre Sellenet
Récolte des châtaignes, Les Jardins du Pountanel © Olivier Prohin
Vivre avec le châtaignier aujourd’hui - Les différents visages de la châtaigneraie © Marion Parent

 

En 2019, à la suite d’une demande des élus du Bureau de l’Établissement, une stagiaire a réalisé une étude complète sur le sujet suivant : « Comment la châtaigneraie des Cévennes peut-elle être un facteur de dynamique territoriale ? » 

Elle y a abordé les points suivants :

  • État des lieux cartographique de la châtaigneraie
  • Enquêtes de terrain et recensement des différentes actions en faveur de la châtaigneraie
  • Tableau « Atouts/Faiblesses / Opportunités/Menaces » de la châtaigneraie des Cévennes
  • Propositions de plan d’action

Autour d’un comité de pilotage coordonné par le Parc, un travail est en cours pour relancer une dynamique autour de la châtaigneraie cévenole et lui redonner toute sa part dans l’identité des Cévennes.