Parc national des Cévennes
-A +A
Share
Le 01/06/2018
Evénement
L'an dernier, la commune de Vialas a bénéficié d'une étude en vue de requalifier plusieurs de ses espaces publics © Olivier Prohin PNC
L'an dernier, la commune de Vialas a bénéficié d'une étude en vue de requalifier plusieurs de ses espaces publics © Olivier Prohin PNC
L'objectif de développement durable (ODD) n° 11 vise à rendre les villes et les communautés durables. Les communes adhérentes à la charte du Parc national des Cévennes peuvent bénéficier d'un appui technique de l'établissement public et de ses partenaires pour revitaliser leurs centres bourgs.

"Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables", énonce l'ODD n°11. Afin de lutter contre la désertification et maintenir des villages vivants, le Parc national des Cévennes accompagne les communes qui le souhaitent dans leurs projets de revitalisation. Force est de constater que nombre d'entre elles disposent de logements vacants ou indaptés alors que la demande en hébergement est importante. Certaines sont confrontées à des problèmes de circulation en période touristique. D'autres souhaiteraient offrir davantage de services à leurs administrés sous peine de les voir déménager et entrainer à terme la fermeture de commerces et d'écoles. Afin de rendre à nouveau les bourgs attractifs et dynamiques ou mettre en valeur leur patrimoine culturel ou naturel, les communes peuvent compter sur l'expertise du Pôle Architecture-Urbanisme et Paysages du Parc national. Ainsi dans le cadre du projet "5 idées pour un village", la commune de Vialas a bénéficié d'une étude en vue de requalifier plusieurs de ses espaces publics. La place, les parkings et jardins, une rue et les abords du temple ont fait l'objet d'esquisses et de propositions pour embellir les espaces ou rendre la circulation plus fluide. Ce travail a été réalisé en partenariat avec le Conseil d'architecture d'urbanisme et de l'environnement (CAUE) de la Lozère et l'Association territoriale Causses Cévennes. L'objectif est de rechercher des pistes d'amélioration, en collaboration étroite avec les élus et les habitants.

L'appui de futurs architectes

Avec les mêmes partenaires, cette année, les communes d'Ispagnac, de Barre-des-Cévennes et de Saint-Martin-de-Lansuscle ont accueilli une vingtaine d'étudiants de l'Ecole nationale supérieur d'architecture de Montpellier (Ensam). Les étudiants ont travaillé sur l'hébergement, les espaces et les équipements durant tout un semestre et ont fait des propositions architecturales contemporaines. Leurs travaux seront exposés à l'Ensam le mois prochain puis dans les trois communes. "Adaptés à un environnement et répondant à des besoins, les solutions qu'ils proposent montrent que les villages peuvent évoluer et innover sans perdre leur cachet", précise Eric Dessoliers, chargé de mission Urbanisme et Paysages du parc national.

Par ailleurs, chaque année, les questions liées à l'urbanisme rural font l'objet d'une rencontre des élus réferents des 111 communes adhérentes. Les échanges durent une journée et sont ponctués d'ateliers afin de partager les expériences.

 

Des communes sans pesticide

Depuis 2013, la charte du Parc national des Cévennes, dans son orientation Améliorer la qualité des eaux, engage ses communes adhérentes et les acteurs publics dans la démarche Zéro pesticide. Pour mettre en application ce que la loi exige dorénavant, il existe de nombreux outils pour accompagner les collectivités dans cette démarche évolutive vers de nouvelles pratiques. Ainsi, de février à juin, le bureau d’études Territori, financé par le Parc national des Cévennes avec l’aide des agences de l’eau Adour-Garonne et Rhône-Méditerranée-Corse, en collaboration avec les équipes techniques communales et les élus, ont réalisé des diagnostics et des plans d’action pour 40 communes (31 en Lozère, 8 dans le Gard et 1 en Ardèche). Pour trouver des solutions alternatives aux pesticides, 26 plans de désherbage communaux (PDC) et 14 plans d’amélioration des pratiques phytosanitaires et horticoles (PAPPH) ont été élaborés.

Pour chaque commune, un diagnostic a été établi. Il a été suivi de conseils pour entretenir différemment les espaces publics, achater du matériel, choisir des plantes, arroser... Les communes peuvent bénéficier d'aide financière des agences de l'eau pour l'achat de matériel. Le Parc national des Cévennes a aussi apporté son aide pour le montage des dossiers de demande d'aide et pour organiser en partenariat avec le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), des formations sur le zéro pesticide. La prochaine session se déroulera du 4 au 6 juillet à Cendras dans le Gard.