Parc national des Cévennes
-A +A
Share
Le 25/08/2020
Evénement
forum jeunes cevennes avenir
Une trentaine de jeunes issus des Réserves de biosphère de l’arc méditerranéen français se sont réunis durant deux jours à Biosphera à Cendras à l’occasion d’un forum. L’un des objectifs était d’imaginer la vie dans les Cévennes dans les 50 ans à venir.

« Je pense qu’il est important de prévoir l’avenir et cibler les problèmes que nous pouvons facilement résoudre », résume Gaëtan, 29 ans et résidant à Miallet.

Avec lui, près d’une trentaine de jeunes de 15 à 35 ans issus des Réserves de biosphère de l’arc méditerranéen français se sont réunis les 21 et 22 août à la maison de la Réserve de biosphère des Cévennes à Cendras à l’occasion d’un campus d’été.

 

Le Parc national des Cévennes bénéficie de la désignation de Réserve de biosphère par l’UNESCO depuis 1985. A l’occasion de son cinquantième anniversaire, les jeunes des réserves de biosphère ont ainsi été sollicités par le Syndicat des hautes vallées Cévenoles, les associations MAB France (programme Man and Biosphere de l’Unesco) et Co’MAB ainsi que le Parc national des Cévennes pour imaginer l’avenir du territoire à l’horizon 2070. Des ateliers ont été organisés pour guider leur réflexion.

« Nous sommes des facilitateurs afin que les jeunes puissent prendre la parole et se sentir légitimes pour s’exprimer sur l’avenir du territoire. Les ateliers ont été cadrés pour la réflexion mais il faut laisser place à la créativité et à l’imagination. Les jeunes sont peut-être plus optimistes pour l’avenir ! », explique Alice Roth, chargé de mission pour le eMAB France.

Une fresque de l’avenir

Cinq thèmes leur ont été proposés : Agriculture et alimentation - Loisirs et tourisme - Biodiversité et Paysages - Patrimoine local et architecture – Déplacements et communications.

« Par le biais de photos, les jeunes ont donné leur vision du territoire, ce qu’ils souhaitaient y voir et ne pas voir. Un world café a permis de travailler sur l’état des lieux des différentes thématiques, leur menaces et les actions a mettre en œuvre pour y répondre », résume Olivier Courbon, membre du Co’MAB.

Les échanges ont été riches et animés. Parmi les idées qui ont fusé : amplification de la formation, la sensibilisation et l'éducation des visiteurs qui viennent en milieu naturel, libération du foncier pour favoriser l'installation de petites exploitations agricoles biologiques sur des terrains privés et à l'abandon, augmentation de l’autonomie du territoire par la production agricole et la production d’énergies renouvelables ou encore nécessité de cultiver l'esprit de résistance et de liberté de ce territoire par la possibilité de se déconnecter (résistance à la 5G) et de résister aux lobbys agro-industriels.

Aidés par une facilitatrice graphique, les jeunes ont réalisé une grande fresque illustrant leurs craintes et leurs souhaits pour les Cévennes de demain.

« Cette fresque donne une vision positive du territoire et une vision un peu plus négative, ce que l’on voudrait éviter pour le territoire. Entre les deux, un pont propose des actions à mettre en œuvre pour arriver à la vision positive », précise Alice Roth. Dévoilée lors d’une restitution publique en présence d’élus et de représentants du Parc à l’issue du forum, la fresque sera présentée au grand public le samedi 26 septembre à l’ancien tribunal de Florac à l’occasion de la fête d’anniversaire du Parc national.

Pour de nombreux jeunes, ce forum était une première. Il leur a permis de se construire une culture commune et d’enrichir leurs connaissances. A terme l’objectif est de maintenir le lien et de favoriser l'émergence d'un collectif de jeunes des Cévennes qui pourrait s’impliquer dans des instances de gouvernance locales comme des conseils citoyens.