Parc national des Cévennes
-A +A
Share
Le 20/11/2020
Agriculture
Le Bourdon terrestre © Émilien Hérault
« Plantons des haies mellifères », un appel à projets pour les agriculteurs du territoire du Parc. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 15 février 2021.

Faire du Parc national un territoire encore plus accueillant pour les pollinisateurs : tel est l'objectif de l'appel à projet "Plantons des haies mellifères" lancé le 16 novembre dernier. Destiné aux agriculteurs, il aura pour objectif d’augmenter les ressources en nectar et en pollen.

Outre les abeilles domestiques, on compte plus de 300 espèces d’abeilles sauvages. Suite aux canicules et aux sécheresses successives, le nectar se fait rare, les abeilles manquent de nourriture.

Les haies présentent des avantages multiples : elles permettent entre autres de favoriser l’infiltration de l’eau, de réguler les épisodes extrêmes tels que les inondations et les sécheresses par un captage et une restitution lente de l’eau, d’apporter de l’ombre aux troupeaux, de lutter contre l’érosion des sols et de couper le vent.

 

Des essences locales

Une liste de 23 plants sera proposée aux porteurs de projets : Alisier blanc, Noisetier, Merisier, Sureau Noir, Frêne commun, Chèvrefeuille des bois, Pommier sauvage...Des essences locales adaptées aux différents sols, alternant arbres et arbustes et avec des floraisons échelonnées.

Les plants seront financés à 100 % par l’établissement public. Les agriculteurs retenus seront également accompagnés gratuitement par le Parc national des Cévennes ainsi qu’Agroof pour le Gard et le Copage en Lozère, pour :

  • la conception de leur projet,
  • le choix des essences (6 au minimum),
  • le lieu d’implantation de la haie (prise en compte de l’intégration paysagère et des propriétés du sol),
  • sa longueur (entre 100m et 2 km)
  • ainsi que sa plantation qui pourra être organisée sous la forme d’un chantier participatif.

Par ailleurs, l’établissement public financera des protections (gaines et piquets) pour les plants ainsi qu’un paillage biodégradable.

05065_bdweb.jpg

 

Des engagements à respecter

Le porteur de projet devra s’engager à ne pas utiliser de produits phytosanitaires sur 25 m de part et d’autre de la haie, à la maintenir au moins 15 ans, à effectuer un suivi et à participer à une journée technique organisée par l’établissement public et ses partenaires.

Enfin, au-delà de la plantation de haies, l’objectif est également de favoriser et expérimenter leur régénération naturelle. Cette maîtrise du développement de la végétation spontanée en périphérie des parcelles permet de créer, à bas coût, des haies robustes (adaptées aux conditions du milieu), formidables réservoirs de biomasse et de biodiversité.

 
L'appel à projets est ouvert jusqu'au 15 février 2021
Le dossier de candidature est à télécharger ci-contre ->

Pour tout renseignement : Tifenn Pedron, chargée de mission apiculture et pollinisateurs - tifenn.pedron@cevennes-parcnational.fr – 04 66 49 53 23