Parc national des Cévennes
-A +A
Share
Le 08/04/2021
Transformation du Bramadou en habitat participatif © Natacha Maltaverne-PNC
Le Conseil d’administration de l’établissement public du Parc national des Cévennes s’est réuni en visioconférence le 11 mars dernier. Il a voté le budget rectificatif 2021 et par conséquence la mise en œuvre du plan de relance de l’État.

 

Les annonces de l’automne dernier concernant le plan de relance déployé par le gouvernement n’avaient pas été intégrés dans le budget initial 2021, faute de notification officielle des montants annoncés. C’est désormais chose faite. L’établissement public a bénéficié de deux enveloppes financières pour un total de 2,5 M € : 788 000 € dans le cadre de l’appel à projets immobiliers de l’Etat portés par les préfectures et 1,7 M au titre du volet biodiversité du plan de relance.

Ces crédits sont principalement destinés à des opérations qui bénéficieront directement au territoire :

- rénovation exemplaire de logements destinés à pallier l’insuffisance d’offres sur le territoire (Ségalière à Ste Croix vallée française ou ferme du Bramadou à Barre des Cévennes) ou de sites d’accueil touristiques (Gîte Aire de Côte à Bassurels) ;

- poursuite de la campagne de rénovation de l’éclairage public dans le cadre du projet réserve de ciel étoilé, en partenariat avec les syndicats d’électricité du Gard et de la Lozère et l’agglomération d’Alès. Comme précédemment grâce aux crédits Feder, les taux de subvention pour les communes iront de 50 à 80 % en fonction des économies d’énergie réalisées laissant espérer un retour sur investissement en trois à cinq ans ;

- renforcement du projet pollinisateurs et notamment de la subvention à 100% des créations de haies mellifères par les agriculteurs.

Ces crédits permettront par ailleurs de conforter les implantations de l’établissement : investissement de 130 000 € dans la maison de Fontvive à Génolhac, siège des bureaux mont Lozère et Piémont cévenol ainsi que du centre de documentation et d’archives et création ou réhabilitation d’un lieu destiné à accueillir les réserves de la collection musée de France du Pont de Montvert dont le traitement récent effectué grâce au conseil départemental de la Lozère a été salué par la DRAC Occitanie.

Le budget a permis de prendre en compte les annonces de la secrétaire d’État à la biodiversité concernant l’affectation de moyens aux Parcs nationaux et éviter que la création du nouveau parc de forêts ne pèse sur les ressources humaines des autres parcs. Le budget intègre donc une stabilisation des effectifs (soit 84,3 ETPT - Équivalent Temps plein Travaillé) par rapport à 2020.