Parc national des Cévennes
-A +A
Share
Le 07/12/2020
Vie du Parc
S'il affecte le climat mondial, le changement climatique affecte aussi celui du territoire du Parc. Il s'accélère, même depuis les années 80, et est d'autant plus visible en altitude.
 
17934.jpg

© Olivier Prohin PNC

Le Parc national des Cévennes présente un climat fortement contrasté favorisant la richesse de sa biodiversité. Ce territoire de moyenne montagne s'étend sur cinq massifs bien distincts : les hauts plateaux calcaires entaillés de profondes gorges,les vallées et le piémont cévenols ainsi que les sommets du mont Lozère et du mont Aigoual.

Sur le territoire du Parc, le réchauffement climatique se fait ressentir depuis 60 ans de façon plus ou moins marquée selon les secteurs. Ainsi sur le second sommet du Parc, le mont Aigoual culminant à 1565 m, les températures ont augmenté de 2,3°C entre1960 et 2019. Parallèlement à cette hausse du mercure, le gel a fondu de 34 jours depuis 1959.

 

 

la_vialasse_credit_guy_gregoire_pnc.jpg

La Vialasse sur le mont Lozère © Guy Grégoire PNC

 

Sur le mont Lozère, à La Vialasse, à 1300 m d'altitude, le CNRS a installé une station météo sur la ligne de partage des eaux Atlantique – Méditerranée dans les années 1980.

Depuis 1985, chaque soir, Yves Pellequer relève les températures minimales, maximales, la pluviométrie,les orages, la neige...accumulant ainsi 37 carnets de notes. Ce coutelier, ancien militant écologiste et seul résident du hameau de La Vialasse à l’année, constate depuis son enfance de grands changements qu'il résume en une seule phrase.

«Les contrastes entre les périodes de sécheresse et les épisodes pluvieux sont plus violents». Et de citer pour exemple,l'épisode cévenol survenu le 12 juin dernier. «Une telle dépression avec 285 mm de pluie en moins de 30 heures et des vents à 150 km/h à cette saison, ce n'est absolument pas normal».

 

yves_pellecuer_-_nm.jpg

Depuis 35 ans, par tous les temps, Yves Pellequer réalise chaque jour les relevés météo © Natacha Maltaverne PNC

Par ailleurs, depuis qu'il effectue ses relevés, les 31°C à l'ombre ont été dépassés à trois reprises à 1300m en juillet ou en août. «Il y a 50 ans,la source de La Vialasse ne tarissait pas, mais maintenant elle ne coule plus à partir de la mi-juillet».

Le redoux en hiver accélèrent la fonte des neiges et limite la durée d'enneigement. «Cela fait trois ans que nous n'avons plus d'hiver. Mais je suis certain que nous connaîtrons à nouveau un hiver avec 2m40 de neige comme en 2010 où la route a été fermée pendant 124 jours. En 1986, j'ai dû creuser un tunnel pour sortir de ma maison...».

La hausse des températures printanières a pour conséquence une floraison plus précoce notamment des hêtres. «Mon grand-père disait toujours que les hêtres devaient mettre leurs feuilles au 1er mai, on l'observe maintenant au 15 avril, et au 15 août , ils sont grillés à cause de la sécheresse».

Raréfaction de la faune

Le changement le plus marquant pour Yves Pellequer au-delà des records de températures qu'il corrige régulièrement, «des records maximales et pas de minimales», c'est la raréfaction de la faune. «Enfants, quand nous venions faire les foins chez mon grand-père, nous étions obligés d'attacher nos bas de pantalon à cause des sauterelles, je suis surpris aujourd’hui lorsque j'en vois une».

Les insectes et les grenouilles se font rares. Selon lui, en quarante ans, un quart des oiseaux auraient déserté le secteur comme le rouge-queue, la bergeronnette ainsi que les rapaces. «Je n'ai vu qu'une buse et trois faucons crécerelle cet été. Il n'y a plus de circaète. Je n'observe plus que des corbeaux et des vautours». En revanche, le lézard vert a fait son apparition.

Grenouille de Lessona femelle © Bruno Descaves PNC

En prenant en compte une période de référence allant de 1976 à 2005, les scénarii des experts prévoient une hausse annuelle des températures de 1,3 à 4,3°C sur le territoire du Parc national d'ici la fin du siècle.

Dans un scénario pessimiste, la hausse des températures estivales pourraient atteindre les 7°C. Yves Pellecuer n'est pas surpris, «le mont Lozère ressemblera à une garrigue. On observe déjà des chênes verts à l'Espinas, la température ne freine plus leur progression».

 

 

Source : De serres en valats - n° 49 - Décembre 2020 - Dossier changement climatique, quel sera le visage du Parc en 2070 ?

Cet article est extrait du nouveau numéro du magazine du Parc De serres en valats.
Numéro exceptionnel dédié aux 50 ans du Parc, il sera dans les boites aux lettres des habitants du Parc national des Cévennes à partir du 14 décembre.
Il comporte un dossier spécial sur le changement climatique, et son impact sur la biodiversité, la ressource en eau, l'agriculture, la forêt : entre chiffres clé, observation, constat et actions menées, des témoins proposent des pistes d'adaptation pour imaginer l'avenir de notre territoire.

Ce dossier spécial s'adosse sur l'étude d'impact du changement climatique dans le Parc national des Cévennes commandé et financé par l'établissement public du PNC, et réalisé par le GREC-SUD et le RECO (Réseau d'expertise sur les changements climatiques en Occitanie).

Vous retrouverez aussi dans le n° 49 du  magazine toutes vos rubriques habituelles et un focus sur les festivités et la célébration des 50 ans du Parc

 

    

 

       Patience... Il arrive bientôt!