Parc national des Cévennes
-A +A
Share
Le 22/10/2020
Faune
© Dieter Wermbter - Wikimedia Commons

La vallée du Bonheur sur l'Aigoual près de Camprieu porte bien son nom : elle fait celui des randonneurs et promeneurs mais aussi celui des oiseaux.

De nombreuses espèces de passereaux et de rapaces y nichent chaque année dont la rare chouette de Tengmalm.

Cette petite chouette de montagne est typique des vieilles forêts froide d'altitude ce qui lui vaut parfois l'autre nom de Nyctale boréale.

 

Printemps 2020 : surprise !
Chouette de Tengmalm © Régis Descamps Parc national des Cévennes

Printemps 2020 des agents du Parc national des Cévennes, en tournée dans la vallée, ont la surprise d'entendre plusieurs guêpiers.

Le Guêpier d'Europe, oiseau aux couleurs extraordinaires, est, contrairement à la Chouette de Tengmalm, une espèce typiquement méridionale qui retourne hiverner en Afrique dès que les premiers froids de la fin de l'été se font sentir.

Après de nombreuses heures de recherche plusieurs couples de Guêpiers nicheurs seront découverts.

Sat123 - Wikimedia Commons
Elena García - Wikimedia Commons
Une découverte ornithologique inédite

Cette découverte ornithologique est incroyable car le Guêpier d'Europe n'avait jusqu'à maintenant jamais été trouvé nicheur sur le territoire du Parc national des Cévennes à une telle altitude (1200 m) et surtout parce qu'il est exceptionnel de trouver au même endroit une espèce boréale et une espèce méridionale qui y trouvent toutes les deux de bonnes conditions pour s'y reproduire.

Faut-il y voir là une nouvelle preuve du changement climatique ?

 

Le Guêpier d’Europe

De la taille du merle (25 à 30 cm), le Guêpier d’Europe appartient à la famille des Meropidae qui regroupe vingt-six espèces dans le monde.

Il est magnifiquement coloré avec une bavette jaune vif encadrée de noir, un ventre et une queue bleu-vert, un dos jaune-paille et des ailes bleues voire verdâtres.

Amateur d’insectes, il se nourrit principalement d’hyménoptères (guêpes, abeilles, frelons, bourdons), cigales, libellules, papillons, punaises, d’orthoptères (criquets, sauterelles) de coléoptères (hannetons...) ou encore de diptères (mouches...). Pouvant repérer sa proie à une centaine de mètres, c’est un chasseur très efficace, capable des plus belles pirouettes aériennes.

Bouke ten Cate - Wikimedia Commons - Guêpier d'Europe

Son cri est très caractéristique : une sorte de sifflement que l'on peut entendre de très loin et qui monte en succession de trilles roulés.

Le Guêpier d’Europe est monogame, et son rituel de reproduction est typique : le mâle se saisit d’une proie et l’offre à la femelle. Elle l’accepte en faisant vibrer sa queue en éventail et dévoile les plumes de sa gorge avant l’accouplement.

Wonsy1977 - Wikimedia Commons

Pour son habitat, il affectionne des zones comprenant des petites falaises de terrain meuble à proximité de cours d’eau mais également des remblais, ou de simples petits talus. Une fois que l’endroit propice est trouvé, ils creusent alors en couple avec leur bec un terrier de plus d’un mètre de long.

Fin mai début juin la femelle y dépose 5 à 6 œufs qui sont couvés à tour de rôle avec le mâle pendant 3 semaines environ. Les jeunes s’envolent à l’âge de 4 semaines et sont nourris par leurs parents pendant 3 semaines tout en apprenant à capturer eux-mêmes les proies.

Suivant les endroits le Guêpier d’Europe est en danger critique d’extinction ou vulnérable. Ses principales menaces sont l’emploi des pesticides qui influencent la quantité de leurs proies, la destruction des sites de nidification et… le dérangement humain.

Si vous avez la chance de rencontrer ces magnifiques oiseaux, n’oubliez donc pas d’être le plus discret possible !

Hwbund - Wikimedia Commons