Parc national des Cévennes
-A +A
Share
Le 26/08/2020
Faune
Gypaète en vol © Regis Descamps - Parc national des Cévennes
Le projet de réintroduction du gypaète barbu mené par la LPO France, le Parc national des Cévennes et le Parc naturel régional des Grands Causses se poursuit.

Vendredi 12 et samedi 13 juin, 4 jeunes gypaètes ont été lâchés sur une vire rocheuse aménagée dans le site des Gorges du Trévezel au sein de l'Espace Naturel Sensible d'Aveyron.

Ces jeunes Gypaètes prénommés Ophrys, Eglazine, Fario et Dolomie arrivaient respectivement du Centre d'élevage des Green Balkans (Bulgarie), du zoo de Parco Natura Viva (Italie), et du zoo de Tierpark (Berlin, Allemagne).

Afin de les identifier, ils ont été équipés de bagues et certaines de leurs plumes ont été décolorées. Ils ont également été équipés de balises GPS, afin d’assurer leur suivi après leur envol, qui intervient en général 1 mois après le lâcher (une phase d’habituation à leur environnement, d’apprentissage et de nourrissage est nécessaire avant cette prise d’autonomie).

© Ligue de Protection des Oiseaux Grands Causses

Nous attendions donc avec impatience de leurs nouvelles.

Avaient-ils réussi à prendre leur envol ? S'étaient-ils adaptés à leur nouvel environnement ?

Et les dernières nouvelles données par la Ligue de Protection des Oiseaux Grands Causses sont plutôt bonnes !

Eglazine (♀), Fario (♀) et Dolomie (♂) poursuivent leur découverte et exploration de leur environnement, alternant entre Gorges de la Dourbie, Trévezel, Causse Bégon, et même parfois plus loin sur le Causse noir.

Contrairement aux années précédentes, les jeunes gypaètes ne sont pour le moment pas décidés à basculer vers les gorges de la Jonte mais ils prennent leurs marque sur le territoire. Dolomie, le plus précoce à l’envol, s’est aventuré un peu plus loin que les autres, poussant son exploration jusqu’aux portes de Millau. Ils reviennent régulièrement se nourrir sur les points de dépôts d’os, entre la vire de taquet et les gorges de la Dourbie. Quelques interactions ont parfois lieu entre eux (prises de becs ou de serres, acrobaties dans les airs...).

Ophrys (♂) aussi était observé en bonne évolution. Pourtant le 18 août l’équipe de surveillance s’est alarmé de son état stationnaire depuis presque 48h dans la végétation à mi-hauteur de pente.

Malgré une surveillance longue face à l’endroit où GPS et VHF émettaient, l’oiseau n’a pas été vu en vol. Aussi au matin du 19 août les surveillants se sont rendu sur place, trouvant Ophrys prostré au sol. L’oiseau n’a pas cherché à s’enfuir à leur approche et ne se dressait pas sur ses pattes. Il a donc été transféré au centre de Goupil Connexion à Gange où l’oiseau a été pris en charge. La radio effectuée révèle une fracture du fémur droit et une faible densité osseuse. Ophrys était en carence de calcium.

Il a été gardé au centre pour être retapé avant de pouvoir être de nouveau mis en nature.

Nous vous donnerons de ses nouvelles très bientôt !

© Ligue de Protection des Oiseaux Grands Causses

Le saviez-vous ?

  • Le Gypaète barbu est l'un des plus grands rapaces d'Europe.
  • Son envergure varie de 2,60 à 2,90 mètres et son poids de 5 à 7 kilos.
  • Il construit son nid dans une cavité abritée d'une paroi rocheuse.
  • Il pond 1 à 2 oeufs par an en hiver. Même si ces deux parviennent à éclore, un seul poussin est élevé.
  • Il se nourrit exclusivement d'os issus des cadavres d'ongulés sauvages où domestiques. Son oesophage lui permet d'ingérer des os longs jusqu'à 30 cm.

Plus d'informations sur le site de la Ligue de Protection des Oiseaux: http://rapaces.lpo.fr/gypaete-grands-causses/le-suivi-des-oiseaux

Retrouvez la vidéo de l'évolution des quatre oiseaux après 10 jours et à la mi-juillet.