Parc national des Cévennes
-A +A
Share
Le 13/12/2021
Formation
Une dizaine de porteurs de projets a participé à la formation organisée dans le Gard par Agroof © N.Maltaverne
 
L’année dernière, le Parc national a lancé un appel à projets a destination des agriculteurs du territoire pour planter des haies mellifères afin d’augmenter les ressources en nectar pour les pollinisateurs. 43 agriculteurs se sont portés volontaires et recevront dans quelques jours des plans financés à 100 % par le Parc national. Pour ce projet, l’établissement public est accompagné techniquement par le Copage en Lozère et Agroof dans le Gard. Deux sessions de formation sur la plantation des haies ont été organisées pour les porteurs de projets. Le 6 décembre dernier, une dizaine était rassemblée sur une exploitation gardoise.

 

« Le jour J, vous devrez être au minimum une équipe de 3 et vous aurez besoin d’une bêche, une houe, un sécateur, une massette, des piquets... », énumère Pierrick Gouhier, formateur et conseiller à Agroof, une entreprise spécialisée en agroforesterie. De conseils sont prodigués aux porteurs de projets avant la plantation de haies. « Le travail du sol en amont est primordial pour favoriser le développement des haies. Il est préférable de travailler le sol jusqu’à 80 cm de profondeur. Les conditions météo devront être favorables le jour de la plantation, il ne faut pas que les sols soient gorgés d’eau », explique Numa Faucherre, conseiller et formateur à Agroof.

En amont de la formation, chaque porteur de projet a reçu la visite d’un technicien pour effectuer un diagnostic de la parcelle qui recevra les plants afin d’identifier le lieu de la plantation, la longueur de la haie et les espèces. 23 essences d’arbres et d’arbustes locales ont été proposées : Alisier blanc, Aubépine, Noisetier, Aubépine, Sureau, Chèvrefeuille, Cornouiller, Pommier et Poirier sauvage, Sorbier...Des plants financés à 100 % par le Parc national. Ils seront livrés avec des piquets, des gaines de protection et des rouleaux de paillage biodégradable. Une démonstration pour l’utilisation de chacun de ces matériaux a été effectuée par les deux techniciens.

 

Des haies multifonctionnelles

 

Outre le souhait de favoriser la venue de pollinisateurs sur leurs parcelles, les porteurs de projets poursuivent plusieurs objectifs en plantant des haies : faire de l’ombre à des cultures, couper le vent, stabiliser des terrasses, aménager des éboulis...

Maraîchère à Bédouès-Cocurès, Laurence plantera 250 m de haies afin « de faire de l’ombre à certains légumes en période chaude comme les blettes, les salades, le fenouil….et protéger mes poules pondeuses des vents dominants en hiver ».

A Alzon, Xavier a un projet de verger en polyculture, « le but est d’avoir un maximum de diversité d’essences que ce soit dans le verger et dans son environnement proche afin d’avoir un étalement de la production dans le temps». Les arbres et arbustes seront plantés au mois de janvier. C’est un chantier qui demande de la main d’œuvre. Selon Numa « l’important est d’effectuer la plantation dans un temps de convivialité, c’est toujours un moment symbolique de planter des arbres ». Et d’en déguster les premiers fruits aussi !