Parc national des Cévennes
-A +A
Share
Le 29/03/2021
Flore
Partez à la découverte de la flore du Parc avec notre garde moniteur Emeric Sulmont !
Le printemps arrive à grand pas et ces observations réalisées l’année dernière vous permettront d’être prêts pour ce moment tant attendu par les botanistes amateurs ou éclairés !
L’occasion de découvrir des espèces remarquables, rares ou indicatrices à observer avec passion et bienveillance.

 

Marais du Pesquier © Pierre Lahoud
Marais du Pesquier - Commune de Barre-des-Cévennes © Pierre Lahoud

 

[Marais du Pesquier, Barres des Cévennes (48), observations réalisées le 30 juin 2020 avec l’équipe des agents du PNC des Vallées Cévenoles]

 

Le marais du Pesquier est un des plus vastes bas-marais alcalin des Cévennes, c’est également là qu’on trouve la plus grande surface d’un seul tenant de phragmites faux-roseau (hors contexte de retenue artificielle : Barrage de Camboux à Ste Cécile d’Andorge par exemple).

Nous commençons en aval par l’observation minutieuse de prêles :

Deux prêles très proches se côtoient dans les abords du ruisseau : Equisetum palustre qui présente des rameaux sphériques dont les premiers articles sont plus courts que la gaine à laquelle ils se rattachent, et Equisetum arvense, une espèce nettement plus commune en Cévennes, dont les rameaux ont une section qui forme une croix et des premiers articles de rameaux nettement plus long que la gaine attenante.

 

equisetum_palustre_c_petr_filippov_-_wilimedia_commons.jpg
equisetum_arvense_c_walter_siegmund_-_wikimedia_commons_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Equisetum palustre                                                                                                                                                         Equisetum arvense
© Petr Filippov Wikimedia Commons                                                                                                                          © Walter Siegmund Wikimedia Commons                                                                                                                                                

En longeant un chemin humide, nous ne tardons pas à trouver de petits suintements à Blysmus compressus, trèfle fraise (Trifolium fragiferum), Canche intermédiaire (Deschampsia media), plantain maritime (Plantago serpentina) et Orchis punaise (Anacamptis coriophora subsp coriophora), Centaurium pulchellum y côtoie parfois Centaurium erythraea plus commun.

 

orchis_punaise_c_jean-pierre_malafosse_pnc.jpg

Orchis fraise © Jean-Pierre Malafosse PNC

 

Sur les parties plus sèches, la Crupine vulgaire (Crupina vulgaris) épanouit ses discrètes fleurs et ses magnifiques akènes surplombé d’une aigrette noire. Le carvi (Carum carvi) pousse également dans ces pelouses, il ne s’agit pas d’une banalité en Cévennes, cantonnées aux belles prairies de fauche maigre sur calcaire.

 

carvi_carum_carvi_c_joanna_boisse_wikimedia_commons.jpg

Carvi (Carum carvi) © Joanna Boisse Wikimedia Commons

 

Nous arrivons bientôt dans la zone humide alcaline qui est émaillée de dizaines de fleurs d’Epipactis des marais (Epipactis palustris) et de Parnassie (Parnassia palustris), avec un cortège remarquable de Carex (15 espèces sur le marais même dont Carex riparia, Carex tomentosa, Carex davalliana et Carex lepidocarpa pour les plus remarquables), ainsi que le Scirpe des bois (Scirpus sylvaticus), l’Orchis de mai (Dactylorhiza majalis), la linaigrette à large feuilles (Eriophorum latifolium), l’Oenanthe à feuilles de peucédan (Oenanthe peucedanifolia), le trèfle des montagnes (Trifolium montanum), l’orchis grenouille (Coeloglossum viride).

Epipactis des marais (Epipactis palustris) © Olivier Prohin PNC
Scirpe des bois (Scirpud Sylvaticus) © Pets1888 Wikimedia Commons
Parnassie des marais (Parnassia palustris) © Yves Maccagno

Epipactis des marais, Scirpe des bois et Parnassie des marais

Quelques petites zones d’eau libre sont colonisées par un tapis dense de Characées, un habitat souvent négligé dans les inventaires.

En repartant par la rive droite de la combe plus boisée, nous observons la Pulmonaire à longue feuilles (Pulmonaria longifolia subsp cebennensis), une variété endémique des Cévennes, ainsi que quelques tiges fructifiées d’Anémone commune (Pulsatilla vulgaris) et quelques pieds de bois joli (Daphne mezereum).

 

pulmonaire_a_longues_feuilles_c_yves_maccagno.jpg

 

 

 

 

 

 

anemone_pulsatilla_vulgaris_c_regis_descamps_pnc.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

                                             Anémone commune © Régis Descamps PNC

 

 

 

Pulmonaire à longues feuilles © Yves Maccagno                                                      

J’espère que vous avez apprécié cette petite balade botaniste.

Au Parc, nous sommes convaincus que c’est en transmettant nos observations et nos découvertes que nous pourrons apprécier ensemble l’extraordinaire biodiversité du territoire. Alors surtout, n’oubliez pas, ces trésors sont fragiles et il est de notre responsabilité à tous de les protéger pour qu’ils puissent continuer à nous émerveiller !