Parc national des Cévennes
-A +A
Share

Les sites Natura 2000

Rosalie des Alpes (Rosalia alpina), Trépaloup © Régis Descamps
Rosalie des Alpes (Rosalia alpina), Trépaloup © Régis Descamps
Le Parc national assure l’animation de quatre sites Natura 2000, parmi les 28 concernés sur son territoire.

 

Le réseau Natura 2000 rassemble des sites « naturels » remarquables, à l’échelle de l’Union Européenne. Ces espaces accueillent des espèces animales, végétales et des habitats naturels identifiés comme d’intérêt communautaire de par leur rareté ou leur état de conservation préoccupant.                    

Dans le territoire du Parc national, on dénombre 28 sites Natura 2000. La France a souhaité que la gestion des sites Natura 2000 soit réalisée localement et de manière concertée. Ainsi, l’établissement public anime les quatre sites dont plus de 50% de la surface est située dans la zone cœur. Les 24 autres sont sous la responsabilité de collectivités comme des communautés de communes ou encore des syndicats.

La protection d’un site Natura 2000 repose sur une bonne connaissance des espèces et des habitats naturels mais aussi sur un important travail d’animation qui vise à sensibiliser et à impliquer les acteurs locaux (propriétaires, exploitants agricoles et forestiers, communes, associations…).

Le Parc mène différents types d’actions sur son territoire :

  • réalisation d’inventaires, de suivis naturalistes et rédaction de documents d’objectifs
  • organisation d’animations pour sensibiliser les écoliers ou le grand public
  • aide aux acteurs locaux pour le montage de contrats favorisant le maintien ou le développement de bonnes pratiques
  • aide aux porteurs de projets pour évaluer les éventuelles incidences de leurs projets
  • prise en charge de chantiers de restauration de milieux naturels (tourbières, lavognes…)

 

Logo Natura 2000
Logo l'Europe s'engage en France

Retrouvez toutes les animations du Parc sur la plateforme Destination Parc national des Cévennes

 

L’établissement public contribue également à la vie du réseau des sites Natura 2000 cévenols en partageant ses données naturalistes ou encore en contribuant à des actions coordonnées telles que la création d’une exposition itinérante en Lozère.

 

Quels outils pour protéger et mettre en valeur les sites Natura 2000 ?

 

L’Union Européenne met à disposition des responsables de sites Natura 2000, des outils spécifiques afin de mieux les gérer :

  • le contrat Natura 2000 : ce contrat soutient financièrement les actions vertueuses des agriculteurs, des forestiers, des communes ou encore des particuliers.Adaptées aux enjeux de chaque site, ces démarches peuvent être très variées, par exemple, le retard de fauche pour développer la biodiversité d’une prairie.
  • l’évaluation d’incidence des projets : certains projets d’un site doivent être évalués au regard de leurs incidences potentielles sur la biodiversité. Les conseils apportésaux organisateurs permettent souvent d’éviter ou de réduire les impacts, voire d’améliorer les projets.
  • la charte de bonnes pratiques : dans chaque site, la signature d’une charte est proposée aux acteurs du territoire afin devaloriser et de reconnaitre certaines pratiques locales qui contribuent à la préservation du patrimoine naturel.

 

Les quatre sites Natura 2000 animés par le Parc

 

Zone de protection spéciale - Les Cévennes

 

Ce vaste site Natura 2000 correspond approximativement à la zone cœur du Parc national des Cévennes.

Il rassemble plusieurs entités naturelles assez contrastées mais toutes très importantes pour leurs populations d’oiseaux :

  • les zones de moyenne montagne, mont Lozère et mont Aigoual
  • les causses calcaires, en particulier le Méjean
  • les hautes vallées traversées par plusieurs cours d’eau comme le Tarn, la Jonte,le Gardon ou encore la Cèze

Cette diversité de milieux et de paysagesbénéficie à 135 espèces d’oiseaux dont 23 désignées comme d’intérêt communautaire.

Dans ce site, la préservation des populations de vautours est un enjeu de premier ordre. Espèce emblématique, le Gypaète barbu fait l’objet d’un programme de réintroduction et de conservation, en partenariat avec la LPO Grands-Causses et le Parc Naturel Régional des Grands Causses.

Le soutien apporté par le Parc national aux activités agricoles a permis de freiner la fermeture des milieux et, ainsi, de maintenir la biodiversité liée à ces milieux très originaux.

 

Zone spéciale de conservation - Le mont Lozère

 

Le site Natura 2000 du mont Lozère présente, sur son territoire, un écart important d’altitude allant de 500m à Génolhac à 1699 m au pic du Finiels. Il se compose de grands espaces soumis à un climat montagnard et sa localisation, au croisement entre les influences atlantiques et méditerranéennes, génère d’importantes variations locales.

La richesse du site repose sur la présence de milieux ouverts, liés à l’activité pastorale multiséculaire. On retrouve également de nombreux milieux tourbeux et humides ainsi que des milieux forestiers d’altitude

Dans cet espace, on identifie 18 habitats naturels différents et quatre espèces d’intérêt communautaire :

 

Zone spéciale de conservation - La combe des Cades

 

Malgré un climat relativement rude, lié à l’altitudedu site, il présente une grande biodiversité qui s’explique par sa localisation au carrefour de grands ensembles géologiques (granite/schiste, grès/calcaire) et d’influences climatiques (méditerranéen, océanique).

À la combe des Cades, il est possible d’observer 12 habitats naturels et de deux espèces animales d’intérêt communautaire : la Loutre d’Europe et l’Écrevisse à pieds blancs.

Depuis 2007, le Parc national a mené de nombreuses actions sur cet espace :

  • aménagement d’un sentier pédagogique
  • sensibilisation et contractualisation avec les exploitants comme le maintien de l‘ouverture des milieux et la gestion extensive des prairies
  • restauration d’un ruisseau
  • animations à destination des habitants, en particulier des écoliers

 

Zone spéciale de conservation - Massif de l’Aigoual et du Lingas

 

Le site Natura 2000 « Massif de l’Aigoual et du Lingas » présente un important écart d’altitude, allant de 420 m à 1565 m, ainsi que des dénivelés très marqués. Inclus à 93 % dans le cœur de Parc, il est soumis à un climat montagnard, caractérisé par des précipitations importantes.

Ce site est très boisé, les forêts recouvrent 83 % de son territoire. Ce paysage est le résultat d’un important programme de plantations qui s’est déroulé entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Loin d’être homogène, le territoire présente parmi ses habitats naturels : des milieux ouverts ou semi-ouverts, propice à l’élevage extensif, comme des landes sèches mais également plus de 400 zones humides, dont des tourbières.

On peut y remarquer la présence de 8 habitats naturels et de 13 espèces d’intérêt communautaire :

Depuis 2010, le Parc a réalisé sur cet espace :

  • des projets agro-environnementaux avec les éleveurs,
  • des contrats Natura 2000 pour la restauration de tourbières ou encore la réouverture de milieux agricoles
  • des inventaires naturalistes notamment sur l’Apollon et la chouette de Tengmalm
  • des animations à destination des habitants et, en particulier, des écoliers

Contact : Yann Dissac, Chargé de mission Biodiversité - yann.dissac@cevennes-parcnational.fr