Parc national des Cévennes
-A +A
Share
Le 30/11/2022
Sous le nom un peu barbare d’orthoptères, sont regroupés les criquets, sauterelles et grillons. Ils ont en commun d’être des insectes sauteurs et chanteurs !
Le chant est un mode de communication peu répandu chez les invertébrés puisque, mis à part eux, seules les cigales et quelques espèces de papillons nocturnes, capables d’émettre des ultrasons pour échapper à leur prédateur, ont cette faculté.

Si on peut aisément entendre les criquets et grillons durant tout l’été, il n’en est pas toujours de même pour toutes les sauterelles ! Certaines, comme la Grande Sauterelle verte, sont très bruyantes et se font remarquer de jour comme de nuit...

 

 

... mais les sons d’autres espèces, souvent nocturnes, sont inaudibles ou quasi à l’oreille humaine : elles émettent des ultrasons !

Les détecteurs d’ultrasons, appelés Batbox, traditionnellement dédiés à la connaissance des chauves-souris, commencent à être utilisés pour les sauterelles. Le chant ultrasonore de ces insectes n’avait été, jusqu’alors, que peu étudié. Mais aujourd’hui la connaissance avance et différencier ces espèces discrètes au chant devient possible !

C’est notamment grâce à ces avancées que de nouvelles espèces d’orthoptères sont encore régulièrement découvertes dans le Parc national des Cévennes.

En 2022, 2 nouvelles espèces ont ainsi été découvertes, en grande partie grâce à la venue de l’un des spécialistes français de l’acoustique des orthoptères, Julien Barataud : la Sauterelle du kermès (Thyreonotus corsicus) et la Decticelle des sables (Platycleis sabulosa)

La Decticelle varoise (Rhacocleis poneli) découverte sur la commune de Saint-Etienne-Vallée-Française en 2021 © Bruno Descaves - Parc national des Cévennes

 

Ces 2 espèces viennent s'ajouter aux 2 autres découvertes en 2022 avec des méthodes plus "traditionnelles" : le Grillon des jas (Gryllomorpha uclensis) et l’Éphippigère carénée (Uromenus rugosicollis).

Pour ces deux dernières, les ultrasons n'étaient pas nécessaires. En effet, le Grillon des jas ne chante pas et l'Ephippigère carénée est facilement audible et reconnaissable ! Ecoutez plutôt :

 

 

102 espèces sont aujourd’hui connues sur le Parc national des Cévennes (voir la liste commentée Orthoptère publiée par le Parc en 2020), mais cette liste va probablement encore être amenée à évoluer dans le temps.

Les bouleversements climatiques que nous connaissons vont provoquer des changements notamment dans les cortèges d’insectes. Alors que les espèces, pour certaines très rares, vivant en altitude sont ou vont être de plus en plus menacées, on assiste en parallèle à une montée de certaines espèces méditerranéennes, plus en altitude sur les piémonts cévenols.

 

Pour aller plus loin :