Parc national des Cévennes
-A +A
Share

Une réserve de biosphère

logo_mab_france.jpg

La beauté de ses sites humanisés, l’équilibre particulier entre l’homme et la nature, et le souci d’associer protection et développement ont valu au Parc national des Cévennes d’être désigné réserve de biosphère par l’Unesco en 1985. La France compte 13 réserves de biosphère et il en existe plus de 600 dans le monde.

Un territoire vivant

Une réserve de biosphère n'est pas un territoire sous cloche d'où l'homme est exclu. C'est un territoire vivant, choisi pour être le terrain d’application du programme Man and Biosphere (Mab) de l’Unesco. Celui-ci consiste à promouvoir un mode de développement économique et social basé sur la conservation et la valorisation des ressources locales, et pour lequel la participation citoyenne est favorisée. 

Les actions prioritaires

Les priorités d’une réserve de biosphère sont de contribuer à la conservation des écosystèmes, des paysages, des espèces ; d’encourager un développement économique respectant la nature et la culture locale ; de mettre en place des projets de recherche qui aident à la gestion des territoires ; d’assurer une surveillance continue de l'environnement pour connaître l'état de la planète ; d’encourager la formation et l'éducation ; de favoriser l'implication des populations dans la prise des décisions concernant leur région.

Connaissance © Bruno Descaves

L’intégration des objectifs du programme Mab dans la charte du Parc

Après une phase d’expérimentation limitée territorialement – vallée du Galeizon - ou dans des thématiques bien spécifiques – pierre sèche, énergies renouvelables -, l’ambition de la Réserve de biosphère est désormais de faire partager son concept de fonctionnement par tous les acteurs du Parc national et de ses partenaires sur le territoire.

 

L’établissement public du Parc national est gestionnaire de la Réserve de biosphère des Cévennes. Le contenu de la charte du Parc national a été conçu dès le départ de manière à inscrire les objectifs du programme Man and Biosphere.  La charte est devenue le document de gestion unique de la Réserve de biosphère. Tous les organes de gouvernance de l’établissement public du Parc sont désormais ceux de la Réserve de biosphère.

Des périmètres unifiés

Les périmètres du Parc national et de la Réserve de biosphère sont désormais fusionnés.

  • L’aire centrale de la Réserve de biosphère correspond au cœur du Parc national. La fonction de conservation y est garantie par les objectifs de protection de la charte et la réglementation spécifique du coeur.
  • La zone tampon de la Réserve de biosphère, identifiée dans la charte comme outil de gestion et de hiérarchisation des interventions de l’établissement public, en particulier en matière d’investissements, correspond au territoire situé en aire d’adhésion des communes du cœur.
  • Sa zone de transition correspond au territoire des communes « non cœur » de l’aire d’adhésion. Elle est susceptible de s’agrandir tous les 3 ans, comme l’aire d’adhésion, en fonction de la volonté des communes incluses dans l’aire optimale d’adhésion qui n'ont pas adhéré en 2014. 
Pour en savoir plus :