Parc national des Cévennes
-A +A
Share

La cueillette et le prélèvement d’espèces

Arrachage de racines de gentianes avec une fourche du diable sur le mont Lozère © Odile Rival
Arrachage de racines de gentianes avec une fourche du diable sur le mont Lozère © Odile Rival
Le Parc national des Cévennes est reconnu internationalement pour la richesse de sa biodiversité. Afin de protéger cet ensemble vivant, l’établissement public souhaite réguler la saisie d’espèces animales et végétales.

 

L’une des missions principales d’un Parc national réside dans la connaissance et la surveillance de son territoire, en vue de protéger la richesse de sa faune et de sa flore. Ainsi un trop grand nombre de prélèvements peut nuire au développement de la biodiversité à l’échelle du territoire. C’est pourquoi, tous les prélèvements de la faune et une partie de la cueillette des espèces végétales sont soumis à autorisation.

 

Je peux prélever sans autorisation en cœur de Parc si :

 

  • Les 56 espèces végétales, pouvant être cueillies, sont prélevées dans l’exercice d’une cueillette familiale, c’est-à-dire que chaque personne peut récolter deux litres de plantes par jour et par espèce.

La liste des espèces autorisées à la cueillette est disponible, en fin de page, dans le document La délibération du Conseil d’administration relative à la réglementation de la cueillette des plantes sauvages.

 

  • Le volume de la collecte de champignons n'excéde pas les dix litres par jour et par personne. Il n’est pas possible de récolter des champignons dans les zones de cueillette réservée, signalées par des panneaux.

La liste des espèces autorisées à la cueillette est disponible, en fin de page, dans le document La délibération du Conseil d’administration relative à la réglementation de la cueillette des champignons.

 

Je dois avoir une autorisation de prélèvement du Parc pour :

 

  • Récolter les 56 espèces végétales dans l’exercice d’une cueillette à usage professionnel, c’est-à-dire lorsque la quantité collectée est supérieure à deux litres par personne, par jour et par espèce.

 

  • Détenir, transporter et emporter en dehors du cœur du Parc des animaux non-domestiques.

 

  • Utiliser des pièges pour capturer des espèces animales.

 

La cueillette doit être manuelle, sans arrachage ni prélèvement complet de la plante. Le recueil d’une partie de la plante ne doit pas se faire au détriment du reste de la plante. De même, la partie enracinée ne doit pas être dégradée.

L’utilisation d’outils comme le couteau, le ciseau ou le sécateur est autorisée.

 

Les cas particuliers de la cueillette :

 

Seulement deux gentianes jaunes, gentiana lutea, peuvent être ceuillies par an et par personne sur le Mont Lozère. L’arrachage des racines de la plante, dans ce cas précis, est autorisé. Le prélèvement doit être réalisé manuellement, uniquement à la « fourche du diable », un instrument traditionnel spécialement conçu pour la récolte de la racine de gentiane.

 

L’arnica, arnica montana, peut être cueillie seulement sur le massif du Mont Lozère du 1er au 15 juillet. Chaque année, il n’est possible de prélever que 20 têtes fleuries par personne.

 

La pleurote du Panicaut, pleurotus eryngii, est un champignon dont le volume réglementaire de cueillette est limité à deux litres par jour et par personne.

 

Le délai d'instruction de l'établissement public est de 3 mois.

 

Malgré les autorisations de prélèvements délivrées par l'établissement, la permission du propriétaire du terrain est nécessaire.