Parc national des Cévennes
-A +A
Share
×

Message d'erreur

Notice : Undefined index: alt dans field_slideshow_field_formatter_view() (ligne 639 dans /var/virtual_www/pnf/mutweb/prod/builds/16-12-01--13-03-21/sites/all/modules/contrib/field_slideshow/field_slideshow.module).

Le bâti du schiste

Mas cévenol et petit pont de schiste © Alain Lagrave
Mas cévenol et petit pont de schiste © Alain Lagrave
Malgré un climat plus favorable que celui des hautes terres, les hommes qui se sont installés dans les vallées schisteuses des Cévennes ont toujours lutté pour s’accrocher à la pente, irriguer et cultiver.  La terre était la première raison de l’implantation des lieux de vie. Parfois, l’eau n’était pas présente et il fallait la faire venir par un béal ou creuser la roche pour la capter.

Un habitat dispersé

La plupart des hameaux et des mas sont sur des versants à pente forte. Ils sont dispersés et entourés de terrasses de cultures environnées par la châtaigneraie. L’ensemble est alimenté en eau par de savants aménagements hydrauliques. Les villages plus importants se retrouvent dans les fonds de vallées ou sur les crêtes le long des voies de communication.

Les maisons de schiste sont hautes et étroites. Elevées sans fondations, à même le rocher préalablement taillé, à l’aide de matériaux extraits sur place, les constructions sont particulièrement intégrées à leur environnement. Elles semblent économiser au maximum le sol plat nécessaire aux cultures. Suivant l'évolution des besoins, un bâtiment vient s'accoler au premier, puis un autre, l'ensemble prenant l'aspect caractéristique du "mas-ruche". 

Porte cévenole, linteau en bois et arc de décharge en schiste © Guy Grégoire
Mas cévenol © Olivier Prohin
Rucher-tronc de la Roquette © Olivier Prohin

Toits en lauzes de schiste sur charpente en châtaignier : la règle générale du bâti ancien cévenol

 Portes et fenêtres du bâtiment d'habitation sont orientées en fonction de l'ensoleillement, surmontées par des linteaux de châtaignier ou de pierre. Des blocs de quartz ou des galets de toutes les couleurs viennent éclairer les murs de schiste sombre. La couverture en lauzes de schiste repose sur une charpente en châtaignier. 

 

Toit en lauzes de schiste de la ferme des Urfruits  © Guy Grégoire
Toit en lauzes de schiste dans les Cévennes © Guy Grégoire
Toit en lauze de schiste du four à pain des Urfruits © Guy Grégoire

Magnans et magnaneries

Avec l'élevage du ver à soie, des étages entiers sont parfois venus rehausser les maisons, avec de nombreuses et petites ouvertures et quantité de cheminées nécessaires à l'aération et au chauffage de la pièce où grandissaient les « magnans ». Lorsqu’elles étaient bâties indépendamment de l’habitation, les magnaneries respectaient une orientation idéale pour écarter tout risque de surchauffe sous la toiture ou de dérèglement thermique et hygrométrique, tant les vers sont fragiles…

Chemins d’accès et abords de la maison

Les abords des maisons, souvent tout en terrasses et escaliers, sont aménagés en cheminements transverses permettant de traverser les hameaux. Un peu plus loin des maisons, les sentiers empruntés par les hommes et les mulets pour se rendre aux champs, parcourir les châtaigneraies, ou rejoindre les clèdes et les bergeries suivent les courbes de niveau et sont parfois très raides.

Soue à cochons, bûcher et four à pain sont souvent  en appentis ou dans de petits bâtis proches de la maison. Plus loin, peuvent se trouver le rucher, le jardin, le verger, le cimetière familial.

Les aménagements hydrauliques

Les trencats sont des tranchées destinées à canaliser les eaux de ruissellement. Ils sont en oblique par rapport au terrain et ramènent l’eau vers le ruisseau. Le tancat est un mur construit en travers du ruisseau : il sert à retenir la terre, qui elle-même retient l’eau en période de sécheresse et offre ainsi une surface cultivable. A ne pas confondre avec la paissière (paissièra) qui forme une petite retenue pour alimenter le départ du béal amenant l’eau vers les terres à irriguer ou vers une gourgue (gorga), réserve d’eau destinée à l’irrigation ou au fonctionnement d’un moulin !

Moulin de Grattegals © Valérie Quillard
Four à pain de Grattegals © Oliver Prohin
Béal de Grattegals © Olivier Prohin

 

Le moulin de Grattegals

 

Cuisson traditionnelle du pain à Grattegals