Parc national des Cévennes
-A +A
Share
Le 06/07/2016
Agriculture
La délégation du Parc national dans la Biovallée de la Drôme © PNC
La délégation du Parc national dans la Biovallée de la Drôme © PNC
Dans le cadre du programme d'actions pour développer l'agriculture biologique sur le territoire,  le Parc national a organisé, les 1er et 2 juin, un voyage d’études dans la Biovallée de la Drôme. Douze personnes ont participé au déplacement : élus locaux, agriculteurs, partenaires du monde agricole et personnel du Parc.
 

Né en 2006 dans la vallée de la Drôme, le projet  Biovallée est porté par quatre communautés de communes.
Il a pour ambition de concrétiser les principes du développement durable à l’échelle d’un territoire et de transformer les ressources naturelles en vecteurs de développement durable pour répondre aux besoins de la population : alimentation, habitat, énergie, santé…

De plus, avec 27 % de la surface agricole cultivée en bio, contre 4 % en moyenne en France, et près de 20 % d’agriculteurs en bio, la Biovallée veut être un territoire incontournable de l’agriculture biologique en France et affiche l’ambition d’atteindre 50 % d’agriculteurs et de surfaces en agriculture biologique. Pour ce faire, elle consolide de nouveaux circuits de distribution en circuits courts avec le soutien à la mise en place de plateformes de distribution de produits bio et/ou locaux. Elle vise à proposer 80 % d’aliments biologiques ou locaux en restauration collective. Pour y parvenir, elle accompagne les cantines volontaires : sensibilisation, recherche de fournisseurs, gestion des surcoûts…

L’objectif du voyage d’études organisé par le Parc national des Cévennes était de favoriser les échanges entre élus de deux territoires qui partagent les mêmes problématiques et la même volonté d'aller vers une agriculture respectueuse de la biodiversité.

Parmi les temps forts du court séjour, la délégation cévenole a visité une pépinière d'installation agricole et fermière. Accueilli par des élus de la communauté de communes du val de Drôme, le groupe a pu échanger avec les porteurs de projet qui y testent actuellement la viabilité de leur projet.  L'association Les Compagnons de la Terre, qui anime cette pépinière, leur met à disposition des terres et du matériel, et leur offre une couverture sociale pendant 3 ans.

Le groupe s’est également rendu à « La ferme qui saourit », exploitation caprine bio située à Saou. Les échanges ont bien sûr porté sur le fonctionnement de la ferme bio. La présence d'un représentant du Syndicat Caprin a été l'occasion d'évoquer des programmes de valorisation de la viande de chevreau et d’aromathérapie (traitement des animaux par les plantes).

Jean Serret, président de la CC Val de Drôme et du comité de pilotage de la Biovallée, était présent au dîner : il est revenu sur le sens de la démarche et sur le rôle des collectivités qui ont permis de créer du lien entre les acteurs de ce projet de territoire. Il a longuement détaillé les questions relatives à l'installation, à l’approvisionnement local, au rôle des collectivités pour favoriser sur le territoire la transformation et la commercialisation des produits et plus largement le soutien aux opérateurs.

La délégation a également bénéficié de la présentation du travail qui est fait autour de l'approvisionnement des cantines scolaires en produits locaux, un projet original où plusieurs associations du territoire sont partie prenante. Ainsi, ce sont près de 100 000 repas/an qui sont servis dans cinq établissements scolaires.

Le séjour s’est terminé par une réflexion sur les suites à donner à ce voyage d’études et sur un possible partenariat avec la Biovallée de la Drôme

En savoir plus : www.biovallee.fr