Parc national des Cévennes
-A +A
Share
Le 02/06/2016
Faune
Gypaète barbu © Olivier Prohin
Gypaète barbu © Olivier Prohin
Des gypaètes barbus dans les grands causses pour renforcer les populations française et européenne de l’espèce.

A l'occasion de la réintroduction du gypaète barbu dans les grands causses, le Parc national des Cévennes propose une chronique hebdomadaire dans les colonnes de Midi libre, afin de mieux faire connaître cette espèce protégée. Cette semaine, la réintroduction engagée depuis 2012 dans les Grands Causses et le démarrage du programme Life en 2015

 
Une espèce emblématique menacée

Avec une envergure de 2,70 à 2,90m, le Gypaète barbu est l’un des plus grands rapaces européens. Ce vautour se nourrit principalement d’os. Son iris couleur paille cerclé de rouge, son poitrail orangé, sa barbe noire et son allure générale ont contribué à marquer les esprits et à en faire un oiseau de mythes et de légendes.

Sous l’effet des pressions humaines, il a disparu de la plupart des massifs montagneux du pourtour méditerranéen au cours du XXe siècle. En France deux noyaux de populations subsistaient, en Corse et dans les Pyrénées. Un premier programme de réintroduction a permis son retour dans les Alpes. L’espèce reste malgré tout l’une des plus menacées d’Europe et considérée en « danger critique d’extinction » en France. Les efforts de conservation doivent donc être poursuivis.

 

Depuis 2012, une liaison entre Alpes et Pyrénées  

Au-delà du faible nombre d’oiseaux, l’une des principales menaces qui pèse sur l’espèce tient à la fragmentation et à l’isolement des populations. Les observations et études génétiques révèlent notamment qu’il n’y a pas ou pas assez de mouvements de gypaètes entre Alpes et Pyrénées pour conserver l’espèce en Europe.

La localisation et les caractéristiques des Grands Causses en font un site idéal pour installer un noyau de population qui renforcera les effectifs de l’espèce et favorisera les échanges d’oiseaux entre ces deux massifs. Les 3 autres espèces de vautours européens y sont présentes. Les sites de nidification disponibles, la ressource alimentaire et l’aérologie y sont favorables au gypaète.

Le projet de réintroduction a vu le jour en 2012, porté par la Ligue pour la protection des oiseaux, il est mené en partenariat étroit avec le Parc national des Cévennes et le Parc naturel régional des Grands Causses. Depuis juin 2012, neuf jeunes gypaètes ont été lâchés dans les falaises de la Jonte, ou dans la vallée du Trévezel.

(Midi libre 1er juin 2016)

Visiter le site du Programme Life Gypconnect

LIFE : Un nouveau programme financé par l’Union européenne

En 2015, l’opération de réintroduction du gypaète barbu menée dans les Grands Causses a été renforcée et confortée en intégrant un programme financé par l’Union européenne : le LIFE GYPCONNECT. Les deux principaux objectifs restent de renforcer les populations de l’espèce et de favoriser des mouvements d’oiseaux entre les Alpes et les Pyrénées, contribuant ainsi à rétablir une continuité entre les populations européennes.

Porté par 9 partenaires, il prévoit différentes actions : lâchers de jeunes oiseaux (Drôme et Grands Causses), amélioration de l’accès à la ressource alimentaire, limitation des dérangements, réduction des sources de mortalité (réseaux électriques, intoxications, tirs…), prise en charge des oiseaux en détresse, organisation d’une campagne de sensibilisation auprès des acteurs du territoire…

 

logo_ue_life.jpg

 

logo_gyponnect.jpg