Parc national des Cévennes
-A +A
Share
Le 23/07/2020
Vie du Parc
Il y a quelques jours, Baptiste Algoët, notre chargé de projet "observatoire de l'équilibre agro-sylvo-cynégétique" et forêt, entend toquer à la fenêtre de son bureau...

Un passant est à la recherche d'un garde-moniteur qui travaillait au Parc en 1984, et qui avait beaucoup marqué le jeune adolescent qu'il était alors...!

Pour seul indice, il a en main une photo "souvenir" de l'une de ces balades.

Intrigué par cette requête originale et sympathique, Baptiste envoie alors un message à l'ensemble du personnel du Parc pour tenter de percer le mystère de cette chasse au trésor atypique.

La réponse est trouvée en un temps record : il s'agit d'Yves Maccagno, chargé de mission Botanique (et non garde moniteur), grand spécialiste de la flore des Cévennes et qui se dédie désormais à l'étude des arbres remarquables dans le Gard. Baptiste s'empressa alors de transmettre son contact au passant...

1984_07_00_florac_sentier_de_puech_les_bondons_3.jpg

La photo transmise à Baptiste Algoët avec, à gauche, Arnaud Gossart (le passant) et, à droite, Yves Maccagno
(ancien chargé de mission Botanique au sein du Parc national des Cévennes)

 

Quelques jours plus tard, nous recevions le témoignage émouvant du jeune adolescent devenu grand que nous vous livrons ci-dessous :

 

"En 1984, j'ai treize ans et je suis en vacances avec mes parents à Florac. Aujourd'hui, j'en ai 49 et je suis revenu ce mois de juillet avec grand plaisir en vacances à Florac, avec mes propres enfants cette fois-ci, pour leur faire découvrir tout ce qui m'avait tant plu.

Pendant les 36 années qui se sont écoulées entre-temps, j'ai toujours gardé un souvenir précis des randonnées que nous faisions, mon père et moi, accompagnés d'un guide qui m'avait beaucoup marqué à l'époque par son enthousiasme et tout ce qu'il nous avait appris sur la nature au cours de ces promenades : je sais grâce à lui toujours distinguer les sapins des épicéas grâce à la position de leurs cônes : 'sapin haut, épicéa bas', je pourrais sans doute identifier l'oiseau nommé pouillot véloce grâce à son cri caractéristique 'tchif-tchaf', les noms de Tardonnenche, Ramponenche, les Bondons, restent associés pour moi aux magnifiques randonnées que nous avons faites.

1984_07_00_florac_sentier_de_puech_les_bondons_4.jpg

Arnaud Gossart en randonnée sur le sentier de Puech, les Bondons​ avec Yves Maccagno en arrière plan.

 

Je m'étais toujours dit que j'aimerais beaucoup retrouver la trace de ce guide, pour lui témoigner ma reconnaissance et lui dire l'influence qu'il avait eue sur le jeune adolescent que j'étais. J'avais l'espoir que 36 ans après, on se souviendrait à Florac de ce guide.

Grâce au concours d'un agent du Parc, Baptiste, que je remercie, j'ai pu réaliser ce souhait, grâce à une photo où une personne a pu identifier et donner un nom à ce guide : Yves Maccagno. J'ai ainsi appris que M. Maccagno était à l'époque chargé de mission Botanique auprès du Parc et que, à 73 ans, il se consacre désormais au recensement des arbres remarquables dans le Gard, où il vit maintenant.

J'ai enfin pu, après toutes ces années, reprendre contact avec lui par mail pour des retrouvailles émouvantes pour moi.

 

Yves Maccagno en 2020. "Chercheur d’arbres" il est auteur de 4 tomes consacrés aux arbres remarquables du Gard. Photo: © Mathilde Leleu

Yves Maccagno en 2020. "Chercheur d’arbres" il est auteur de 4 tomes consacrés aux arbres remarquables du Gard. Photo: © Mathilde Leleu

 

La rencontre avec ce guide, le Parc national des Cévennes, la nature environnante, tout cela a joué un rôle important et a sans nul doute façonné le jeune garçon que j'étais alors.

Depuis, les vacances sont avant tout synonymes de nature pour moi, mon plus grand plaisir restant de découvrir une région en randonnant. La carte des Parcs nationaux joue ainsi souvent un rôle important dans mon choix de lieu de vacances ! L'observation de la nature, le fait de regarder attentivement les arbres, la flore, la faune, les oiseaux, d'apprendre à connaître tout ce monde animal et végétal qui nous entoure, cela m'a aussi été inculqué par ces randonnées avec M. Maccagno, qui s'intéressait vraiment à tout.

Aujourd'hui, ma plus grande gratitude va à toutes les personnes qui contribuent à la préservation et à la mise en valeur du patrimoine naturel, si précieux. Le goût pour la transmission des connaissances, tel que M. Maccagno me l'a fait vivre, n'est sans doute pas étranger au fait que je sois devenu enseignant en Sciences Physiques. J'étudie aussi un peu la nature, avec quelques équations... Je m'efforce aussi de transmettre à mes enfants ce goût pour la nature.

Comme le rapporte Colette dans son livre Sido, je n'ai de cesse de faire mienne cette injonction de sa mère : 'Regarde'. C'est pour moi en ouvrant grand les yeux sur le monde qui nous entoure qu'on en découvre toutes les richesses et la beauté.

Merci à M. Maccagno de m'en avoir fait prendre conscience. J'ai grand plaisir à lui rendre hommage au travers de ce témoignage."

 

Un témoignage qui, comme vous pouvez l'imaginer, a mis du baume au coeur de tout le personnel du Parc.

Merci, Monsieur Gossart, pour ces mots qui renforcent encore notre engagement pour les Cévennes et notre envie de partager notre passion pour ce territoire !

 

vec mes enfants et une amie de ma fille, nous sommes sur le sentier qui surplombe Florac, à mi-pente du Causse Méjean

Arnaud Gossart avec ses enfants et une amie de sa fille sur le sentier qui surplombe Florac en 2020