Parc national des Cévennes
-A +A
Share
Le 14/11/2017
Le comité français du programme MAB, en collaboration avec le Centre de Coopération pour la Méditerranée de l’UICN (UICN-Med), a organisé un voyage d’étude et d’échanges dans des réserves de biosphère françaises du 6 au 10 novembre dernier.

Cette mission s’inscrit dans le cadre de la poursuite de la coopération entre réserves de biosphère (RB) d’Afrique du Nord et de France.

Une délégation composée d’élus, de hauts fonctionnaires et de gestionnaires de réserves de biosphère de trois pays du Maghreb, Algérie, Maroc et Tunisie, accompagnée par Maher Mahjoub, coordinateur du programme pour le nord de l’Afrique, d’UICN-Med ont participé à ce voyage.

Après avoir rencontré les gestionnaires des réserves de biosphère du Mont Ventoux et de la Camargue, cette délégation a été accueillie par le Parc national des Cévennes, gestionnaire de la réserve des Cévennes ainsi que des acteurs du territoire : Yannick Louche, président du syndicat mixte des hautes vallées Cévenoles, Gérard Rouquette, maire de Saint-Privat-de-Vallongue, Marion Bouchet, présidente de la CUMA du Pendedis et Michèle Manoa, conseillère départementale.

Au cours de leur séjour, les membres de la délégation ont découvert le centre d’interprétation des vallées cévenoles « Biosphera » à Cendras, l’atelier de transformation de produits végétaux du Pendedis à St Michel de Dèze et ont pu apprécier les magnifiques paysages de châtaigneraie cévenole notamment à Saint-Privat-de-Vallongue.

Les membres de la délégation étaient particulièrement intéressés par les questions de gouvernance des RB : comment impliquer les acteurs locaux et parvenir à une gestion concertée des milieux naturels, des espaces agricoles et forestiers ? En ce sens l’élaboration de la charte du Parc national des Cévennes, support de gestion à la réserve de biosphère, le fonctionnement de l’établissement public avec un conseil d’administration où les représentants du territoire sont majoritaires, et l’expérience de la vallée du Galeizon ont été des exemples très concrets venant illustrer ce qu’il est possible de faire en matière de gouvernance locale. La délégation a par ailleurs apprécié le lien entre protection de l’environnement et activités économiques au travers du développement d’une agriculture et d’un tourisme durables valorisés par la marque Esprit parc national.

« Nous repartons avec de nombreuses idées ! » ont souligné les membres de la délégation.

Ce voyage, qui avait pour principal objectif les échanges et le partage qui sont au centre des enjeux du programme MAB, a donc répondu aux attentes. Les échanges devraient se poursuivent pour accompagner le développement des jeunes réserves de biosphère du Maghreb.