Parc national des Cévennes
-A +A
Share
Le 10/01/2022
L'hydne hérisson, un champignon à la texture originale © David Hennebaut - Parc national des Cévennes

Dans les Cévennes, difficile de trouver quelqu'un qui n'a pas un avis, un coin secret, une passion pour les champignons.

Sources de débats et d'engouement, ils poussent à l'automne et au printemps de nombreux adeptes à partir à la recherche de leurs champignons préférés, le nez rivé au sol pour ne pas passer à côté du trophée de la journée.

Cependant le fait de lever légèrement la tête permet parfois de rencontrer des variétés insoupçonnées, les polypores. Ces champignons sont soit saprophytes (qui tirent les substances qui leur sont nécessaires des matières organiques en décomposition) ou parasites (qui vivent sur un hôte).

 

kuehneromyces.mutabilis.-.lindsey.jpg

La Pholiote changeante, un exemple de champignon "saprophyte"  © James Lindsey - Wikimedia

 

Dans cette deuxième catégorie qui est, convenons en, assez délaissée, on en retrouve un atypique et intriguant qui vit sur des feuillus vieillissants : l’hydne hérisson. (Hericium erinaceus)

 

L'Hydne hérisson, un champignon fascinant.

 

igelstachelbart_buche.jpg

Hericium erinaceus © Lebrac via Wikimedia Commons

 

Hydne car ce champignon rappelle un genre de champignon basidiomycète (Les basidiomycètes comprennent de nombreuses espèces bien connues du grand public (Cèpes, Amanites, et le fameux Hydnum repandum plus connu sous le nom de pied-de-mouton etc.)) qui présente sous son chapeau une couche d'aiguillons à la surface desquels naissent les spores.

Hérisson car il évoque bien entendu l'animal que tout le monde connaît.

Utilisé et cultivé en Chine pour ses vertus médicinales, ce champignon que l'on appelle également "crinière de lion" est de taille variable. On le retrouve donc dans les veilles chênaies, mais on peut également le rencontrer sur d’autres feuillus à partir du moment où l’habitat présente une continuité forestière.

Certains boisements du Parc national des Cévennes ont la chance d'accueillir ce magnifique champignon. La rareté des habitats en font une espèce difficile à observer, mais, si vous êtes attentifs aux arbres que vous croisez lorsque vous vous adonnez à la recherche de vos mets préférés, vous le rencontrerez peut être.

Indicatrice de veille forêt, le Parc national des Cévennes a inscrit cette espèce dans la catégorie patrimoniale et certains mycologues en font une espèce à protéger.

 

David Hennebaut, Garde moniteur sur le massif du mont-Lozère
 

 

nouvel_atlas_de_poche_des_champignons_comestibles_et_veneneux_pl._54_7831193806.jpg

Illustration Paul Dumée - 1912

 

Pour aller plus loin :

 

Et pour finir avec un clin d'oeil pour les enfants, son cousin l'Hydne bizarion...

bizarion.jpg