Parc national des Cévennes
-A +A
Share
Le 08/09/2016
Faune
Faucons crécerellettes © Hervé Picq
Faucons crécerellettes © Hervé Picq
Le Faucon crécerellette (Falco naumanni) est un petit faucon colonial et cavernicole qui niche principalement sur le pourtour méditerranéen, et dont la principale population européenne se situe en Espagne (12 000 à 20 000 couples). En France l’espèce ne niche que dans 3 départements : les Bouches du Rhône, l’Hérault et l’Aude, pour un total de  330 couples.

Ce rapace est un migrateur transsaharien qui ne reste que 7 mois en France. Un petit nombre hiverne dans le sud de l'Espagne, le Maroc...

Après la période de reproduction, une grande partie des jeunes et subadultes - principalement de la population ibérique - remontent vers le nord à la recherche de secteurs riches en orthoptères : criquets, sauterelles, alors que les ressources diminuent dans le sud. Ces mouvements postnuptiaux s’effectuent en août et 'achèvent début septembre avant les migrations vers les quartiers d’hivernage.

Chaque année au mois d’août, ces mouvements d’oiseaux remontent jusque sur les causses aveyronnais et lozériens, avec des groupes pouvant atteindre plus d’un millier d’individus qui forment alors des dortoirs nocturnes, souvent dans des pinèdes pour le causse Méjean.

Dans le cadre du Plan National d’Action en faveur du Faucon crécerellette, un comptage national est organisé sur la fin du mois d’août. Cette année il s’est déroulé le 31 août. Treize agents du Parc national des Cévennes, répartis en 6 équipes, ont comptabilisé les rentrées au dortoir à la tombée de la nuit.

En effet, les individus, qui sont dispersés en petits groupes la journée pour s’alimenter sur le causse, se regroupent en soirée pour former souvent un unique dortoir. Les faucons crécerellettes arrivent sur le site à partir de 18h00 environ en formant des pré-dortoirs. Des groupes plus ou moins importants se posent sur des arbres dans un secteur donné, puis, juste à la tombée de la nuit, ils s’envolent tous pour se regrouper et descendre se poser sur un même bosquet. C’est au moment du regroupement que l’on peut, avec de l’expérience, comptabiliser relativement précisément la totalité de l’effectif présent.

250 à 300 individus étaient présents sur deux dortoirs du causse Méjean : des pins pour l’un et un gros frêne pour l’autre.
En 2015, 64 individus seulement avaient été comptabilisés lors de ces même comptages, les effectifs étant fluctuants d’une année à l’autre en fonction du taux de reproduction de l'espèce et de l’abondance de nourriture.

L’objectif est d’estimer chaque année l’ampleur de ces mouvements et d’essayer d’en comprendre les facteurs influents.

Le bilan du dénombrement national du Faucon crécerellette  en période post-nuptiale, dans le cadre du Plan National d'Action, donne un chiffre de 833 oiseaux pour le sud de la France. Avec un effectif de 250 à 300 oiseaux  dénombrés par les agents du Parc,  le Causse Méjean est cette année le site hébergeant le plus d'oiseaux en fin d'été. La lecture des bagues des quelques oiseaux marqués et pris en photo indique que ces oiseaux proviennent de la plaine de Crau (région PACA) et du nord de l'Espagne (Catalogne).

 

 

carte_lpo_effectif_au_pic_de_presence_au_31.08.2016.jpg