Parc national des Cévennes
-A +A
Share

Des forêts marquées par l’histoire

Hêtraie du Marquaïres © Jean-Pierre Malafosse
Hêtraie du Marquaïres © Jean-Pierre Malafosse
A la fin du XIXe siècle, les pelouses étaient généralement surpâturées par les troupeaux locaux et transhumants. Ainsi mis à nu, le sol était emporté par les pluies cévenoles. Les crues violentes des rivières causaient régulièrement des dégâts catastrophiques dans les vallées. Certains forestiers ont alors proposé de reconstituer les sols et la végétation des montagnes. Le pâturage a été interdit sur les parcours les plus accidentés. 

Le reboisement de l’Aigoual

Sur l’Aigoual, l’État a engagé des travaux de restauration des terrains de montagne. Les forestiers ont recherché des essences de reboisement adaptées à des terres dénudées. Ils ont alors expérimenté et planté, souvent près des maisons forestières, des arbres venus du monde entier. Aujourd’hui, certains de ces arboreta ouverts au public témoignent de cette épopée forestière. Celle-ci a d’abord visé à reboiser les zones en pente, particulièrement sensibles à l’érosion. Puis, elle s’est étendue à tous les types de terre, des pentes plus douces aux plateaux et aux bas-fonds humides, ainsi qu’à des milieux tourbeux.

Acquisition et aménagement de forêts par l’Etat

L’État a également acquis de nombreuses propriétés sur l’Aigoual pour conduire une oeuvre monumentale de reforestation, auquel le nom du forestier Georges Fabre demeure attaché. Ouvrir les sentiers et les pistes, construire des seuils dans les ravins, créer des arboreta, reboiser de vastes surfaces : autant de travaux qui ont occupé les populations locales. Deux millions de francs-or ont été dépensés en salaires entre 1875 et 1908. Le sapin et le hêtre ont constitué les essences de base de la forêt ; les essences pionnières ont boisé les terrains nus. Aujourd’hui, plus de 15 000 ha constituent les forêts domaniales de l’Aigoual.

Des  reforestations sur les autres massifs

Le mont Lozère, les Cévennes, les Causses et les gorges du Tarn ont également fait l’objet de reforestation. Le pin noir est la principale essence du reboisement sur les Causses et dans les gorges du Tarn. L’épicéa et le sapin de Douglas ont eux été utilisés dans les vallées cévenoles.

dvd-aigoual-la-foret-retrouvee_productfull.jpg

dvd-aigoual-la-foret-retrouvee_productfull.jpg

Aigoual, la forêt retrouvée : DVD de Marc Khanne (Artis) 84 mn

Entre témoignages et reconstitution, ce documentaire fiction retrace l'épopée du reboisement du massif de l'Aigoual au XIXe siècle. Etonnant d’actualité, il donne envie de poursuivre le combat pour la préservation de la planète.