Parc national des Cévennes
-A +A
Share

L'artisanat

Couvreur travaillant à la restauration d'un toit de chaume, Grégoire GUY, PnC ©
Pierre sèche, maçonnerie, enduit-chaux, charpente, ferronnerie, couvreur, ... La plupart des artisans du bâti travaillant en cœur sont reconnus pour la qualité de leurs savoirs et on les retrouve souvent dans le palmarès du concours des savoir-faire et patrimoine.

Le cœur de parc étant habité, on trouve un patrimoine bâti important qu’il faut :

  • préserver (sauvegarder)
  • restaurer (refaire à l’identique)
  • rénover (transformer dans le respect)
  • construire (faire du neuf, toujours avec respect)
Le cœur du parc, c’est :
  • environ 1000 Km2 habité
  • 700 habitants permanents, 2 500 à la belle saison
  • 320 lieux-dits à l’origine, 250 restaurés, habités et vivants
  • entre 60 et 100 chantiers par an
  • une cinquantaine de couvreurs en activité (entre la Lozère et les départements limitrophes)
  • 2 000 m2 de lauzes (90% de schiste, 10 % de calcaire) posé par an
Couvreur travaillant la couverture d'un toit en lauze de schiste, Grégoire GUY PnC©

Le Parc national des Cévennes a un rôle de conseil, de prescription et de suivi des chantiers avec une exigence de qualité. Cette exigence et la mise en œuvre des chantiers en cœur aide au développement de la qualification des artisans. Il faut retenir un renforcement de la filière et le développement d’associations professionnelles de la lauze et de la pierre sèche fort ces dernières années, notamment avec le projet Laubamac (lauziers et bâtisseurs du massif central). Cette dynamique est très positive pour faire parvenir aux générations futures non seulement l’héritage qui nous lie les uns les autres, mais aussi pour le faire évoluer dans le sens de la préservation des ressources naturelles et des savoirs-faire ancestraux.

 

Au delà de l’artisanat du bâti, vous trouverez de nombreux autres artisans et artisans d’art sur le territoire du parc : travail du cuir, du verre, de la laine, du métal, poterie, et bien d’autres !