Parc national des Cévennes
-A +A
Share

Filière laine

Bien que longtemps considérée comme la principale richesse du mouton, la laine apparaît aujourd'hui comme un déchet encombrant et coûteux au yeux des éleveurs eux-même. La vente de laine brute ne permet pas de payer les tondeurs. Dans un contexte où les éleveurs peinent à vivre de leur métier car les prix d'achat des produits agricoles ne permettent pas de couvrir les coûts de production, le monde de l'élevage peut-il faire l'économie d'un travail sur la laine ?

Depuis 2014, le Parc national des Cévennes a clairement inscrit la valorisation de la laine dans ses actions. Un stage et une embauche ont eu lieu pour répondre au besoin important de définition et d'accompagnement des projets.

Accompagner les projets de valorisation de la laine

Depuis 2 ans, le Parc national des Cévennes accompagne Raïolaine, un collectif d'éleveurs des Cévennes et garrigues qui s'organise pour valoriser la laine Raïole. La Raïole est une race ovine locale, à petit effectif (3 000 brebis en 2016).

Le projet a concrètement débuté au printemps 2015 avec l'organisation de chantiers de tonte et de tri collectif. Le Parc était présents sur les chantiers de tonte pour transmettre les rudiments du tri et classement des laines. A la suite, un premier bilan lainier de la race Raïole et petite étude sur les méthodes de sélection lainière a été effectué.

Chantier de tonte, Mathilde BINOT ©

Les éleveurs ont pris contact avec les transformateurs de laine et organisé des excursions dans des ateliers en Haute-Loire, dans le Tarn et en Ariège pour définir ensemble les produits à fabriquer. Le parc a joué le rôle de traducteur entre le monde de l'élevage et celui des artisans lainiers.

Bénéficiant de la proximité du lavage de Saugues, les éleveurs se sont d'abord lancé dans la fabrication de couette en laine (vendues par souscription). La gamme s'est progressivement diversifiée avec des chaussettes, plaids, semelles, fils à tricoter, etc.

Retrouvez une sélection d’article Raïolaine dans notre boutique à Florac ou sur

notre boutique en ligne

Premiers essais et prototypes Raïolaine, Mathilde SCHLAEFLIN, PnC ©

Selon les produits, les éleveurs valorisent la laine en suint entre 15 et 20 euros le kilo, ce qui équivaut à 30 fois sa valeur au négoce ! Au delà de l'aspect économique, la dimension humaine du projet est importante. La laine apporte une bouffée d'oxygène au milieu des souci quotidiens liés aux loups, aux abattoirs ou aux aides européennes...

Aujourd'hui, Raïolaine rassemble une trentaine d'éleveurs de Lozère, du Gard, de l'Hérault, de l'Ardèche et de l'Aveyron. Les éleveurs maîtrisent toutes les étapes du projet depuis la récolte des toisons jusqu'à la commercialisation des produits finis. La démarche est exemplaire !

 

Formation au tri de la laine, Mathilde SCHLAEFLIN, PnC ©
Sensibiliser et former les éleveurs

Au printemps 2016, le Parc anime quatre réunions d'information sur la valorisation de la laine à destination des éleveurs sur tout le territoire du Parc national des Cévennes. A la suite, des chantiers de tonte et de tri pédagogiques chez des éleveurs volontaires du causse Méjean et de la Vallée française ont été organisé. Des embryons de collectifs se forment ... Des éleveurs du causse Méjean se sont rassemblés pour faire laver leur laine ensemble et étudient actuellement les pistes de valorisation.

A la demande, le Parc organise des formations avec des professionnels. Dans le cadre du projet Raïolaine, nous avons organisé deux formations : la première sur le tri et classement des laines avec un matelassier, la seconde sur la méthode « Obsalim » en lien avec la qualité de la laine avec un vétérinaire.

Partager auprès du grand public

Depuis cinq ans, le Parc national des Cévennes organise la Journée de la laine à Génolhac qui, chaque année, a lieu le dernier samedi du mois d’août. Des éleveurs et les artisans lainiers de la région ont ainsi l'occasion de se rassembler pour nous faire (re)découvrir la laine sous toutes ses formes.

Dans le cadre du festival Nature, nous organisons une animation « A poils les moutons » sur la tonte des moutons et le tri des toisons. Il s'agit d'un moment privilégié pour partager avec petits et grands les savoir-faire liés à la récolte de la laine. La démonstration a lieu chez un éleveur au printemps.

Animation tri, Laurent BELIER, ©
Faire le lien entre élevage et artisanat

Au printemps 2016, un appel à création textile « Réinventer le gilet de berger ! » est lancé par le Parc à tous les créateurs, amateurs et professionnels volontaires. Les participants devaient utiliser la laine Raïole, mise à disposition sous différentes formes : toison brute, nappe cardée, fil à tricoter, tissu. Quinze créatrices ont relevé le défi. Leurs créations ont été présentées à l'occasion d'un véritable défilé de mode lors de la Journée de la laine. Pour l'occasion, les agents du Parc national ont joué les « mannequins d'un jour » !

Pour ceux qui auraient manqué ce moment fort, l'exposition « Suivez le fil… » présente les gilets de berger dans les différentes maisons du Parc de janvier à septembre 2017. Cette exposition retrace les étapes de transformation de la laine Raïole - tonte, tri, lavage, cardage, filage, tissage, tricotage – de la toison brute au produits finis.

Défilé " Réinventer le gilet de berger ! ", Olivier PROHIN, PnC ©

Montrer que les laines locales ont des débouchés. Relancer l'activité lainière sur le territoire. Faire connaître les hommes et les femmes qui produisent et transforment la laine avec passion. Renforcer les liens entre éleveurs et artisans. Créer de nouvelles activités et de nouveaux produits. Prouver que la laine est toujours un matériau moderne… Et surtout, encourager d'autres personnes à se lancer dans l'aventure ! Voici les objectifs que s'est donné le Parc national des Cévennes pour la filière laine !

Contact : Julien Buchert, chargé de mission agropastoralisme julien.buchert@cevennes-parcnational.fr