Parc national des Cévennes
-A +A
Share
Le 26/05/2016
Faune
Henri Couderc, maire de Cans-et-Cévennes et René Jeanjean, premier adjoint au maire de Meyrueis, portant Aigoual et Cayla © Olivier Prohin
Henri Couderc, maire de Cans-et-Cévennes et René Jeanjean, premier adjoint au maire de Meyrueis, portant Aigoual et Cayla © Olivier Prohin PNC
Deux jeunes femelles gypaètes barbus, Cayla et Aigoual, ont été lâchées ce mardi 17 mai en cœur du Parc national des Cévennes, sur la corniche du Méjean.

C'est le cinquième lâcher depuis le démarrage en 2012 du programme de réintroduction porté par la LPO Grands Causses, en partenariat avec le Parc national des Cévennes et le Parc naturel régional des Grands Causses.

Ce projet fait dorénavant l’objet d’un financement européen LIFE. Il couvre un plus large territoire, des pré-Alpes aux contreforts Pyrénéens, et fait partie d’un programme multi-partenarial. Il s’inscrit également dans le Plan national d’action (PNA) en faveur de cette espèce. L’objectif est de renforcer la population française et européenne de gypaètes barbus. Le lâcher de jeunes oiseaux dans le Massif central et les Préalpes doit permettre de créer un noyau de population favorisant les échanges entre Alpes et Pyrénées.

La présentation des jeunes oiseaux âgés de trois mois a eu lieu en présence des élèves de quatre collèges de Florac, de Meyrueis et de Sainte-Enimie, et de nombreux élus et acteurs du territoire. Les collégiens ont baptisé les deux poussins nés dans le centre de reproduction de Guadalentin en Andalousie : Cayla et Aigoual.

Depuis 2012, ce sont onze jeunes gypaètes qui ont été lâchés dans les gorges de la Jonte, côté Parc national des Cévennes, ou dans la vallée du Trévezel, côté PNR des Grands Causses, sur l'un ou l'autre des deux sites de réintroduction choisis scrupuleusement pour cette belle aventure.

Les "lâchers" effectués en Lozère comme en Aveyron se font selon la méthode du "taquet". Les oiseaux âgés d'environ 3 mois, nés en captivité dans des zoos et centres d'élevage dédiés, sont placés dans une cavité aménagée en aire de nidification artificielle. Ils y restent environ 1 mois avant de prendre leur envol. Ils peuvent ainsi s'imprégner de leur environnement et s'attacher à ce site de lâcher pour être à même de revenir nicher dans leur région de "naissance" lorsqu'ils seront adultes.

Le site du lâcher n'est pas accessible au grand public pour préserver toute la quiétude dont les oiseaux ont besoin et garantir le succès de l'opération.

Visiter le site du Programme Life Gypconnect

Voir le reportage du JT de TF1 du 5 juin 2016 sur le lâcher des gypaètes barbus

logo_lpo.jpg
logo_gyponnect.jpg
logo_ue_life.jpg

Où et comment observer les oiseaux ?

Un point d'accueil est en place au camping la Cascade de Salvinsac près de Meyrueis à compter du 28 mai. Un surveillant de la LPO ou un agent du Parc national est présent pour fournir des informations sur le déroulement de l’opération, sur l’évolution des oiseaux lâchés et pour répondre à toutes les questions du public. Une exposition ainsi que de la documentation sont mises à disposition. Il est possible d’observer les oiseaux de loin à l’aide d’une longue-vue. Des animations et des sorties accompagnées sont proposées au public.

Le point accueil est ouvert du 28 mai au 31 juillet inclus :

  • en mai et juin : samedi et dimanche de 10h à 12h et de 15h à 18h
  • en juillet : mardi, vendredi, samedi et dimanche de 15h à 18h ;  le mercredi de 10h00 à 12h et de 15h à 18h.
     

Tout savoir sur le programme de réintroduction du gypaète barbu dans les Grands Causses http://rapaces.lpo.fr/gypaete-grands-causses

Lire les chroniques du gypaète barbu

Raphaël Neouze de la LPO et René Jeanjean, adjoint au maire de Meyrueis, portant Calya © Olivier Prohin
Raphaël Neouze de la LPO et René Jeanjean, adjoint au maire de Meyrueis, portant Calya © Olivier Prohin PNC

Le lâcher des gypaètes barbus sur la corniche du Méjean en mai 2014